A un mois du semi-marathon …

J’ai commencé à flipper !

Du coup, à défaut de m’attaquer au pot de Nutella, j’ai décidé de manger tous mes ongles un par un jusqu’à l’os et de vendre mon âme au diable pour m’autoriser des achats compulsifs indispensables de running. Fort heureusement, mon moi intérieur responsable et raisonnable prend le dessus sur l’autre, le machiavélique, celui qui me ferait vider mon PEL pour vider aussi le stock d’i-run.

Et c’est donc munie d’une barre de céréales goût banane trouvée chez Décathlon que j’ai chaussé pour la 12ème fois depuis le début de 2014 mes belles baskets, mes Nike Structure 17 d’amour (que voici : )

get better running quote

L’objectif fixé pour cette sortie longue, en parfait accord avec ma fidèle partenaire de course (et de soirées, et de shopping, et de ciné, et de toutes les occasions en fait), était de courir 1h40 comme le prévoit le plan d’entraînement (je crois que l’organisation et la discipline me rassurent… je dois avoir un problème avec l’autorité, mais je ne suis pas folle vous savez !) et d’atteindre les 15kms de course.  D’habitude, on galope autour d’une grosse flaque d’eau, plus connue sous le nom du lac de la Ramée à 5-10min de Toulouse et on fait des tours, des tours, des tours, jusqu’à ce que Runtastic déclare la session terminée. Mais pas cette fois ! Je crois que le souvenir de la séance de fractionnés de mercredi par vent fort nous a relativement gonflées vaccinées.

Ce besoin soudain de changement de paysage nous a menées tout droit vers la forêt de Bouconne (un peu plus loin du coup de Toulouse, à 20 minutes) sur le circuit que vous pouvez retrouver là. Le problème quand on ne connait pas le circuit AVANT d’y faire nos premiers pas, c’est qu’après chaque virage, on découvre la suite des événements. Et si j’avais su qu’il y aurait autant de dénivelé (146m/-116m) … Non, en fait même si on me l’avait dit, j’y serais allée ! Parce que c’était une des meilleures sessions depuis 5 mois. Depuis le début …

1898171_276461275851746_1305847935_n

J’ai réfléchi 3 fois à faire une pause marche le temps de la montée du retour. Mais je me suis auto-convaincue 29 fois de ne pas le faire. Ce que je faisais là, tout de suite, me servirait pour les prochaines sessions, c’était sûr (ça c’est ce que me disait mon moi responsable et raisonnable). Mais quand même, j’aurais mieux fait de me passionner pour la poterie, c’est beaucoup moins épuisant (ça c’est ce que me disait mon moi machiavélique envoyé par le Diable). Ma fidèle partenaire étant sur mes pas, je me suis sentie obligée de continuer. Bien qu’on y avait pensé toutes les deux (c’est ce qu’elle m’a avoué sur le chemin du retour la bougre), ni l’une ni l’autre n’a osé évoqué l’idée de baisser les bras. LA HONTE ! D’où l’intérêt de courir à deux ! Et on se l’est faite cette fucking côte, sans rien dire et puis, à la fin, on s’est regardées. Nos pouces en l’air et nos sourires ont suffit à nous auto-congratuler de cet exploit ! Du coup, même si j’y ai laissé chacun de mes fesseps, j‘ai pu compter 38 gros gros frissons (les orgasmes de la course à pieds) et accessoirement 3 ampoules. Et ça, la poterie, elle ne le permet pas !

Bilan de cette session à un mois de l’échéance : la distance espérée a quasiment été parcourue (14,5kms), le contrat des 1h40 a été tenu, l’allure est proche de celle espérée pour le jour J (à savoir 6’30/km) et j’ai fait le plein de satisfaction, de motivation et d’optimisme pour ce semi-marathon ! Et je crois que c’est le principal.

Courir m’apprend à être patiente et à savourer chaque petite victoire avant de kiffer un gros exploit !
Parce qu’avant d’arriver à courir 10km / 21,1km / 42,195km, j’apprends à courir toujours plus vite, plus longtemps ou avec plus de plaisir. Et parfois, j’ai même les trois…

6 commentaires

    • Je pense souvent à toi quand je cours (sans vraiment te connaître haha) et justement à ça ! 🙂 J’y arriverai. Si ce ne sont pas mes jambes qui m’emmènent au bout ce sera ma fierté !

      J'aime

  1. « je crois que l’organisation et la discipline me rassurent… » : je vois carrément ce que tu veux dire, je suis pareille ! Et à vrai dire, un plan bien suivi est souvent à l’origine d’une course où on se fait plaisir donc pas de raison d’étouffer ce petit côté psychorigide huhuh. Bon courage pour la suite de ton entraînement !

    J'aime

    • Merci de ce conseil ! 🙂 Je vais essayer de tenir en 6’40/km je pense pour ce premier qui, effectivement, ne sera surement pas le dernier. Et en effet, ton commentaire était en indésirable (c’est pas moi, j’ai rien fait, j’te jure !). 😉

      J'aime

Répondre à blogdemissbavarde Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s