Mon coin de paix, mon havre de liberté (ou l’inverse)

Loin des mauvaises nouvelles en cascade, loin de l’agitation infernale, à l’abri de la haine, isolé des sourires à l’envers, à l’écart des débats et de l’angoisse, loin des larmes et des inquiétudes, loin des tirs, loin des kalachs, loin des humains et surtout des plus lâches, il y a ce lieu qui me permet de me retrouver en paix dans le calme et la tranquillité. Ce lieu qu’offre la nature, cette Terre que l’on peine à protéger. Ce lieu qui répond à toutes mes questions ou me permet juste de m’évader sans partir très loin. Ce lieu qui me fait, tout simplement, juste du bien !

Laissez-moi vous le présenter, peut-être que vous aussi vous en avez besoin. Il ne m’appartient pas et je vous invite même à venir m’y donner la main et tremper tous ensemble nos pieds nus dans l’eau salée de la Méditerranée ! Amenez vos raquettes, vos frisbees, vos jeux de cartes, vos meilleurs bouquins, … Ramenez-vous et en partant, n’y laissez rien.

image

Mon petit coin de paix se trouve dans l’Hérault à la limite de l’Aude, entre le port de Vendres (prononcer Vindre) et Valras-plage. Il est au cœur de la Basse plaine de l’Aude, inscrite au réseau Natura 2000 et abritant des espèces (faune, flore) caractéristiques.

Accessible à pieds par le sentier de la Salicorne, son accès en voiture n’est pas vraiment évident : il faut emprunter un chemin blanc côté mer sur le chemin des Montilles à Vendres, franchir quelques nids de poules (enfin disons des trous, n’accusons pas ces pauvres bêtes), pour arriver à un parking de cailloux désert à cette saison (et très peu occupé en été) d’où part la passerelle de bois qui traverse la végétation et ses espèces protégées. La plage ? C’est tout droit, là-bas, au loin, derrière le cordon dunaire.

image

Un sourire chaleureux plus tard, échangé avec ceux qui en reviennent (il y a toujours quelqu’un qui en revient, mais il n’y a jamais personne quand on l’atteint) après la petite dune qui protège la réserve, me voilà alors les pieds dans le sable fin (si chaud quelques mois plus tôt). Seule. Seule au milieu des branches de bois flotté, des coquillages et des crustacés. Il y a le soleil qui me réchauffe la peau, la brise qui apporte un peu de joyeux bordel dans mes cheveux coiffés et le simple bruit apaisant des vagues. Ici, pas de bloc de béton. Pas de boutique. Pas de commerce. Pas de voiture. Pas de pollution (enfin …). Juste deux-trois moustiques parmi les algues séchées qui conversent.

image

Je n’ai rien de spécial à y faire, si ce n’est apprécier mon bonheur d’être ici. Tremper mes pieds, écrire des mots dans le sable, prendre le temps de ne rien faire, justement. Parfois, je prends un bouquin et ça me suffit. Parfois, je regarde juste la mer. Je l’admire. Elle, son immensité et son petit côté rassurant. Elle est belle, elle est calme. Quand je cherche les réponses, elle ne le fait pas exprès mais elle les trouve. Avec elle, auprès d’elle, je me sens à l’abri. Comme si j’étais intouchable et protégée de toutes ces conneries.

image

Mais bien sûr, (j’aimerais tellement ne pas commencer cette phrase par ces mots) la présence humaine me rattrape toujours. Il arrive toujours que je trouve une sandale abandonnée à l’effigie de l’homme araignée, une bouteille de vin échouée sans message à l’intérieur, du plastique qui est loin, ici, d’être fantastique, ou encore un briquet cubain qui a du faire un sacré chemin.

Alors j’ai toujours un sac assez grand pour contribuer à ma façon au nettoyage de notre petite Terre d’amour, assez grand pour transporter ces souvenirs que laisse l’Homme sur son passage vers le lieu où ils auraient dû être déposés : une poubelle. Je fais ce que je peux pour la sauver, mais je me dis toujours que si chacun ramenait un objet abandonné au lieu d’en laisser un nouveau à son tour, notre Terre se porterait peut-être mieux ! Ne serait-ce qu’un peu.

image

NB : En été, seuls une paillote éloignée du bord de l’eau et un loueur de bouées envahissent un peu cet espace à l’abri de la foule ! Et en Méditerranée, c’est déjà pas mal. 🙂

Publicités

Un commentaire

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s